Nir Eyal dans toute sa contradiction…. En 2013, Nir Eyal écrivait « Hooked: how to build habit-forming products« , qui a connu un succès indéniable. Il revient, cette année, avec un nouveau livre « Indistractable: How to Control Your Attention and Choose Your Life« .

« Get off the track »

Lors de son talk pendant la Product Con de New York, Nir Eyal nous partage les grandes lignes de son nouveau livre. Ce dernier part du postulat que nous avons tous eu, un jour ou l’autre, ce sentiment de perdre notre temps, de s’égarer de l’objectif que l’on s’était fixé, attiré par un message, un mail, une notification Slack… Nous avons tous déjà été DISTRAIT – « Get off the track ». 

Cependant, contrairement à ce que l’on pourrait penser, cela n’a rien d’un fléau des temps modernes, qui serait né avec les réseaux sociaux. Les philosophes antiques, Socrate le premier, s’intéressaient déjà au concept de l’« Acrasie ». Ces penseurs essayaient de comprendre pourquoi l’homme pouvait agir à l’encontre de son meilleur jugement. 

Le contraire de Distraction c’est Traction. 

Nir Eyal part de l’étymologie du mot « Distraction ».  Il ne faut pas penser que l’inverse de Distraction c’est « Focus » – « Etre concentré.e » . Il propose un schéma très pertinent pour comprendre : 

Schéma expliquant le concept d'action vs distraction

La Distraction : c’est une action qui nous éloigne de ce que l’on voulait faire – nous éloigne de notre objectif – notre intention.

La Traction : c’est action qui nous pousse, nous propulse, plus loin encore que votre objectif initial.

Les Triggers externes : ce sont toutes les sollicitations ( sonores ou visuelles) qui influent sur l’action que nous faisons

Les Triggers internes : Ce sont eux, qui selon Nir Eyal nous poussent à la distraction, et non pas les Triggers externes. Ils sont la vraie source de notre distraction. Il s’agit des sensations, des émotions intrinsèques qui génèrent chez nous un sentiment d’inconfort, que nous souhaitons résoudre. Répondre à ces stimulus intrinsèques est très humain. Nous mettons un manteau quand nous avons froid, nous nous nourrissons quand nous avons faim, et aujourd’hui nous allons sur Facebook ou Tinder quand nous nous sentons seul, ou sur Instagram ou News lorsque nous nous ennuyons… 

Si toutes les distractions viennent du fait que nous sommes dans l’inconfort, du fait que l’on veuille réduire notre inconfort, alors nous ne devrions pas parler de Time Management mais de « Pain Management ».

 Dans la seconde partie de son talk Nir Eyal nous donne des astuces de « Pain Management » qui s’articulent en 4 temps : 

Schéma expliquant le contexte de Pain Management selon Nir Eyal

1. Master internal triggers : 

  • Notez la sensation :  Ne l’ignorez pas, prenez réellement conscience de celle-ci.
  • Soyez curieux, pour comprendre la source de cette sensation. Le fait d’essayer de la comprendre, vous aidera à la qualifier et éviter l’effet Second Smoke. L’effet « Second Smoke » s’illustre de la façon suivante : Parfois, en atelier/réunion, en voyant quelqu’un qui lit ses mails, nous estimons qu’il est plus productif que nous. Nous cédons ainsi à la tentation, à l’effet « Second Smoke » !
  • Surfez sur la sensation en s’accordant des temps de pause de 10 min : Pendant 10 min je peux aller sur Facebook, aller sur Instagram. Ce que je veux mais uniquement pendant 10 min ! 

2. Make time for Traction :

Comment identifier une distraction si je n’ai pas en amont identifié de quoi cette distraction m’éloigne ? Quel était mon but initial ? Pour ce faire, Nir Eyal nous conseille de tout planifier, en se concentrant sur les outputs, y compris planifier des moments pour se concentrer sur des sujets ou d’être créatif… Si vous ne planifiez rien, les triggers externes (dont vos proches ou vos collègues) le feront pour vous !

3. Reduce distraction with pacts 

En faisant des pactes avec soi même, nous pouvons donc être plus en accord avec nous même. Nous pouvons aller plus loin en le matérialisant physiquement, en le signalant autour de soi. Par exemple, en signalant par un élément visible par ses collègues que l’on a besoin d’être concentré, ou encore en activant le mode Voiture sur son téléphone.

4. Hack back external triggers 

Enfin, le dernier conseil de Nir Eyal porte sur le fait de se protéger, de repousser la distraction en utilisant la technologie pour bloquer les triggers externes. Exemples avec : 

Nir Eyal termine son talk en disant de ne pas être trop dur avec soi même… Si cela ne fonctionne pas tout de suite, il faut se laisser du temps.

Personnellement, j’ai trouvé les schémas explicites, les explications sur l’étymologie de Distraction – Action – Traction bien ficelées. La seconde partie, sur les conseils, apporte à mon sens moins de profondeur. A voir le livre… 

Cela reste selon moi, néanmoins contradictoire pour l’auteur de « Hooked: how to build habit-forming producys « . Car dans ce livre, Nir Eyal ne faisait que paraphraser (sans le dire) les recherches en psychologie comportementale de Skinner, qui datent… du début du 20ème siècle. Eyal donnait, avec son Hooked model, un levier simple pour exploiter les failles de l’utilisateur et capter son attention… souvent, au détriment de ce dernier.

Vendre ensuite un deuxième livre sur comment ne pas être distrait (sous entendu par les produits digitaux), ne revient-il pas à vendre le remède après avoir créé la maladie ? Nir Eyal joue au pompier pyromane. Mais le plus simple est de ne pas allumer le  feu, en respectant nos utilisateurs.

Nous pouvons (devons?) construire des produits, sans vouloir duper nos utilisateurs, les rendre addict, consommer à tout va leur attention… Il suffit de respecter le serment du Product : https://blog.thiga.co/ethique-le-serment-du-product/

Ces articles pourraient vous intéresser