Un Backlog représente une liste d’éléments à valeur ajoutée qu’il reste à réaliser. Pour un produit numérique, il peut être constitué de :

  • User Stories (nouveau besoin ou évolution)
  • Anomalies
  • Tâches techniques
  • Spike (tâche d’étude sur un sujet bien identifié)

Le terme “Backlog” a été popularisé dans le monde de l’informatique avec l’arrivée de Scrum qui définit 2 types de backlog :

  • Le Product Backlog
  • Le Sprint Backlog

Le Product Backlog

Il représente le reste à faire au niveau du Produit. Ce backlog est vivant et mis à jour, entre autres, sur la base des retours utilisateurs.

Les éléments présents dans le Product Backlog n’ont pas besoin d’être tous très détaillés. L’idée est avant tout d’avoir une vision globale permettant aux parties prenantes du Produit d’avoir une visibilité sur le reste à faire ainsi qu’une idée de l’avancement.

Le Product Owner est responsable de ce backlog. La modification de ce Product Backlog doit être faite avec son accord.

Le Sprint Backlog

Il représente les éléments à réaliser pour atteindre le Sprint Goal. Ce backlog est défini en amont d’un sprint lors du Sprint Planning et, dans la mesure du possible, n’évolue pas en cours de sprint. S’il est amené à évoluer, cela se fait en accord avec l’équipe de développement.

Contrairement aux éléments présents dans le Product Backlog, un élément du Sprint Backlog doit être détaillé (avec ses critères d’acceptation) afin que la réalisation soit conforme à l’attendu.

En plus d’être de formidables outils de communication, les backlogs sont des éléments tangibles permettant de faire des projections et ainsi favorisant des prises de décision “data-informed”.

Pour aller plus loin :

Le livre Product Academy 1 aborde en profondeur la notion de Backlog.

Voici une liste d’articles abordant la notion de backlog :